Mon vide

je sonne creux
comme un ventre
vide
je n’ai plus
jamais faim –
si seulement
mon vide
me faisait
le plein
le lourd le
gravide
l’enfant qui
retient

21272203_740619716138667_4608882245754309532_n

Double-tour

ils m’ont fermé la porte
à double-tour
c’est vieux comme un hier
un peu de sciure
autour –
c’est vieux comme le monde
toutes ces serrures
en rouille
dans leur corps qui me cède
aux heures lentes
et sourdes

door-2358259_960_720 (1)

 

 

Se taire

70514854_10220024590389210_2589579367810072576_n
Georgia Napoletano

elle devrait s’abriter
sous une cloche de verre
à trop brûler ivre
au feu des réverbères,
il arrive qu’elle
se tue –
un sang d’encre a couru
ventre à terre,
c’est le ventre rond des rus
qui crache la colère –
et elle qui se rue
et elle qui se rêve
à l’ombre des peines
perdues,
elle ne peut ravaler
ce qui la tue
son sanglot a couru
dévalé de travers –
il lui faudra se taire ;
on ne s’entend
même plus

Faubourg

12472504_542720305928610_4002573926502727349_n
Don’t wither in my hands, Anna O’Photography

vaux-tu la peine que j’ai
purgée dans le faubourg
des faux-fuyants
ressuscite-moi car je
suffoque et me décime
délivre-moi
des faux-semblants
ou prolonge
encore l’abîme